Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 novembre 2018

Bistrot vendredi + appel à participation calendrier de l'avent !

 

VENDREDI 9 NOVEMBRE (20h30) : SOIRÉE BISTROT !

Venez prendre un verre et papoter avec nous, reprendre votre adhésion à l'asso etc.

 

 

 

 

 

Commentaires

j'avais étant jeune vu un film édifiant : les sentiers de la gloire

les sentiers d'la gloire film complet vf

il était question de soldats inconnus fusilliés pour avoir déserté.
quand on compare les polémiques engendrés par les incapables, on peut comparer la vie d'un soldat du commun avec celui qui a reçu son baton avec lequel il corrigeait les autres.
Une polémique née d'une actualité où vendre son pays est devenu une tradition....

Écrit par : marechalputain | 11 novembre 2018

Jamais de temps de poilus nous n’avions pu imaginer que nos actes auraient une portée si marquante. Sous l’impulsion de la colère, d’une colère froide, nous avons su soumettre notre rationalité à l’exercice périlleux de l’industrie du meurtre. Pour répondre à cette terrible question : comment produire de manière industrielle pour tuer, blesser les chairs, insulter la vie. Ce fut peut-être une des périodes de ma vie les plus tristes. Mais ce qui m’interpelle est autre part. Non que je chasse de la main ces funestes nouvelles; oui il y a les pollution, oui on trouve encore des bombes. Non ce qui m’interesse réside dans quels apprentissages avons-nous tiré de la guerre.
Malgré toute la distance qui nous sépare de cette période tumultueuse de haine, distance que je peux mesurer du haut de mes 113 ans, je peux affirmer sans préjugés aucun, que les conséquences de notre vacuité, et de notre orgueil n’ont pas fini d’étonner. Aujourd’hui le déchainement médiatique qui entoure cette guerre est devenu une tradition vide de sens, masturbation patriotique, quand elle aurait due au contraire faire saillir nos erreurs. L’homme, mes enfants, n’a pas changé d’un pouce, encore aux mains de politicards véreux assoiffés de pouvoir, se serrant autour de symbole d’union nationale, de patrie qui n’est que tromperie et création a des fins de divisions. Hélas, l’identité se construit dans l’opposition nous le savons tous. Union nationale- Désunion internationale.
Pour finir et pour rendre hommage à feu mon ami Brassens, je dirais que oui il y a des imbéciles qui sont nés quelques part, et non celle que je préfère ce n’est pas celle de 14-18. Je suis le dernier poilu et je suis bien deçu.

Écrit par : le poilu | 12 novembre 2018

Écrire un commentaire